RSS Facebook Twitter
Tokyo
 

Législatives : Les adhérents du Modem au Japon et en Chine apportent leur soutien à Marc VILLARD

Comme lors du second tour de l’élection présidentielle, pour ce second tour des élections législatives, les adhérents et sympathisants du Modem doivent faire un choix entre 2 candidats dont ils ne partagent initialement pas les projets.

Comme lors du second tour de l’élection présidentielle, les adhérents du Modem au Japon et en Chine ont néanmoins choisi de prendre position.

Comme lors du second tour de l’élection présidentielle, nous avons majoritairement choisi de soutenir le candidat du PS.

Ce choix ne fait pas office de conversion à la Gauche, loin de là, et il n’est pas tant défini par les propositions du Parti Socialiste ou la personnalité de Marc VILLARD que par celles de son adversaire Thierry MARIANI.

Ce dernier, comptable du mauvais bilan économique et social du précédent gouvernement, ne nous apparaît, surtout, pas à même de porter les valeurs incarnées par les Français vivant à l’étranger.

En effet, chacun à notre façon, par la diversité de nos activités, de nos origines, de nos formations nous sommes les ambassadeurs d’une France ouverte sur le monde qui lui propose le meilleur de ses valeurs, de sa production, de son savoir-faire, de ses arts…

Or la carrière politique de Thierry MARIANI depuis plus de 20 ans, comme conseiller municipal puis député et conseiller régional du Sud de la France mais aussi leader de la Droite Populaire, s’est entièrement construite sur des valeurs inverses : une France réactionnaire, repliée sur elle-même, à la recherche perpétuelle d’un bouc émissaire plutôt que de solutions, nostalgique d’un passé imaginaire et voyant le monde, non comme un espace avec lequel communier et échanger mais une menace perpétuelle contre laquelle il faudrait se protéger…

L’UMP a toujours tenu un double langage aux Français de l’étranger : créant un Secrétariat d’état mais le confiant à Edouard COURTIAL, rédacteur d’un projet de loi visant à retirer la nationalité française aux expatriés non domiciliés fiscalement en France; flattant nos actions mais laissant planer la menace d’un impôt sur la nationalité qui nous vise expressément. Dans la 11ème circonscription elle récidive en donnant l’investiture à un champion de la lutte tous azimuts contre l’immigration et dont le courant qu’il anime au sein de l’UMP est connu pour son opposition à la binationalité.

Or, mariés, pacsés (PACSc auquel Thierry MARIANI s’est opposé en son temps) ou en union libre avec des étrangers; binationaux ou parents d’enfants l’étant, nous savons tous très bien que les humiliations, la suspicion ou tout bonnement l’interdiction de se rendre sur le territoire français dont peuvent souffrir nos proches sont le résultat d’un discours récurant les stigmatisant dont Thierry MARIANI et son groupe d’amis se sont faits les chantres…

Nous refusons donc d’offrir à celui-ci la possibilité de porter et défendre ses valeurs à l’Assemblée nationale en notre nom.

A l’inverse, Marc VILLARD, comme expatrié de longue date, conseiller AFE et aussi entrepreneur, nous semble mieux incarner une France ayant la connaissance et le respect des autres nations. Or ce n’est qu’en s’appuyant sur cette connaissance et ce respect que notre pays peut conquérir des parts de marché, faire rayonner sa culture, engager des partenariats dans le domaine de la recherche ou attirer à lui des étudiants qui seront les élites de demain.

La prochaine législature sera, à notre grand regret, une fois encore très peu représentative des différentes sensibilités qui concourent à animer la vie politique française. Face à la sur-représentation de partis sans assises populaires, mais associés à l’UMP ou au PS, des courants indépendants, plus ancrés dans la société comme le Modem ou le Front National seront absents ou quasi inexistants, et cela contre l’esprit du principe de démocratie représentative.

La faute à un scrutin qui n’autorise in fine que des choix binaires et donc le bipartisme. Une réforme de ce mode de scrutin est donc indispensable pour le bien de notre démocratie.

Or, nous ne pouvons que constater qu’en 10 ans l’UMP ne l’a en rien changé, le renforçant même.

Nous avons en revanche entendu la proposition du candidat François HOLLANDE et du PS qui ont promis d’intégrer la proportionnelle aux prochaines élections. Nous serons donc vigilants quand à sa mise en place.

Notre vigilance portera aussi sur la fiscalité des Français de l’étranger. Nous savons qu’au PS, comme à l’UMP d’ailleurs comme nous l’avons vu, il est des courants qui souhaitent imposer les expatriés.

Marc VILLARD, comme conseiller AFE a toujours marqué son opposition à une taxation spécifique des Français de l’étranger. Nous le pensons donc plus à même, comme membre de la majorité, à défendre cette option. Un ou plusieurs députés des Français de l’étranger dans l’opposition ne seront d’aucune utilité si un projet de loi dans ce sens venait à être déposé.

On peut même penser que cela aurait l’effet inverse, encourageant la majorité à le soutenir.

Enfin, face à la promesse démagogique et désespérée de l’UMP de vouloir étendre la PEC alors que les comptes publics sont au plus mal, nous estimons la position socialiste plus réaliste en la matière. Nous serons attentifs à ce que cette nouvelle redistribution des aides soit plus juste incluant notamment les familles françaises qui ne peuvent scolariser leurs enfants dans le réseau AEFE et en redéfinissant les critères d’attribution des bourses.

Notre soutien à Marc VILLARD est donc sans équivoque.

Au nom d’une certaine idée de la République.

Dans l’intérêt des Français de l’étranger.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire