RSS Facebook Twitter
HENRY-photo
 

Guillaume

Ville : Tokyo

Profession : Professeur d’anglais

Voici mon cheminement vers Bayrou et pourquoi je le choisis à nouveau.

Parti de chez moi en 2007 avec l’intention assez ferme de voter pour la candidate socialiste, j’avais fini par beaucoup hésiter en chemin, doutant fortement des chances de ma candidate de l’emporter face à Nicolas Sarkozy au deuxième tour. En revanche, la certitude que François Bayrou l’emporterait s’il passait le premier tour m’amena finalement à voter pour lui une fois dans l’isoloir. Il m’apparut alors comme le seul candidat à pouvoir nous épargner les excès qu’annonçait inévitablement la victoire de Nicolas Sarkozy … 

Les faits m’ont malheureusement permis de vérifier l’ampleur de ces excès, encore bien pires que je ne l’aurais cru possible.

Par la suite, la création du Modem m’a vite emballé, l’idée d’un parti vraiment au centre, plus indépendant et ne soutenant pas à un camp ou un autre par pure idéologie, mais sur des projets concrets et au cas par cas ne pouvait que grandir la politique. Il ne me fallut donc pas  longtemps pour prendre ma carte.

2012 arrive et nous avons enfin l’opportunité de changer de président. Pour moi, pas d’hésitation cette fois, j’apporterai ma voix à François Bayrou.  Si en 2007 mon anti-sarkozisme était basé sur l’intuition que le candidat UMP ne fera pas grand chose de bien, en 2012, c’est bien sur une réalité que mon anti-sarkozisme trouve sa source: le bilan calamiteux du président sortant.

François Bayrou est raillé parce qu’il est « au milieu », mais peu m’importe, c’est justement le fait qu’il soit clairement au centre qui motive mon vote, car je suis convaincu que la France a, plus que jamais, besoin d’un président qui saura préserver nos institutions et œuvrer à une république irréprochable (tant promise par M. Sarkozy!). Lui ne tombera pas dans l’excès ni dans les conflits d’intérêts et ne maltraitera pas la république comme elle l’a tant été durant ces cinq années qui ont semblé interminables à tant de nos concitoyens.

On me dit qu’il n’aura jamais de majorité au parlement et que c’est un vote inutile, mais je crois fermement le contraire. Pour moi, même s’il devait être contraint à la cohabitation avec l’un ou l’autre des camps traditionnellement majoritaires dans le pays, il resterait un atout inestimable grâce à sa sagesse et sa capacité à dialoguer et à écouter. L’avoir pour président, même de cohabitation, me semble être une véritable garantie: celle de limiter les excès tant redoutés de l’UMP, comme du PS, en cas de majorité présidentielle et parlementaire.

Il n’est pas parfait, c’est sûr, mais il suffit d’écouter un peu ses concurrents pour voir qu’il n’y a pas mieux dans cette course à la présidentielle !

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire